Inicio > Française > LA DOULEUR

LA DOULEUR

29/04/2008 

Les grandes douleurs me trouvent toujours comme ce que je suis : un pauvre homme, faible, et anxieux de bonheur, étourdi et sans préparation...

"Hambre primer problema político"

La douleur est un mal qui apparaît toujours comme résultat de quelque désordre  qui s´introduit dans le plan de Dieu, à conséquence du pêché. Cependant, à côté de ce mal, il peut apparaître un grand bien quand on accepte avec soumission  et abandonnement la volonté de Dieu.

Celui qui souffre paye parfois ses propres fautes, mais habituellement il paye pour les fautes d´autrui, et c´est comme ceci qu´on est introduit pleinement dans la solidarité du corps mystique. Celui qui souffre vit pour les autres,  s´il ne refuse pas à sa mission avec un esprit de révolte et de rancune. Il vit dans le Christ et pour le Christ ; et avec le Christ il devient co-rédempteur, en participant dans Sa mission de sauver le monde en souffrant pour les autres.  Tout cela je le comprends parfaitement lorsqu´il s´agit de la douleur d´autrui. Et même pour mes douleurs quand elles sont petites.

Les grandes douleurs me trouvent toujours comme ce que je suis : un pauvre homme, faible, et anxieux de bonheur, étourdi et sans préparation.

Jésus même sentit cette terreur et cette épouvante  dans le jardin des oliviers. Parce que c´est cela qui est humain. Mais en tout ce qui est humain il faut y mettre  le Christ et son Amour. Je peux être abattu et écrasé  par la douleur et la souffrance, mais je ne peux pas arrêter d´être Chrétien.  Non. L´attitude du disciple du Christ dace à l´adversité  ne peut pas être ni l´insensibilité, ni le défi ; mais l´humble réaction de l´âme pénétrée d´amour  par le Christ, qui a tellement souffert pour moi, et d´abandonnement filial au Père.

 

DOULEUR OPÉRANTE

Ceux qui souffrent sont le trésor de la chrétienté, et ce sont eux qui payent mes joies et mes peines...et mes succès apostoliques.

Oh! Qu´il est simple et ridicule le militant qui arriverait à croire (après une tirade ardente et enflammée) que telle personne havait changé de vie à cause de ses paroles! En tout cas  ses phrases auraient été l´occasion pour cette conversion. Elles on été l´instrument duquel Dieu s´est servi, de la même façon qu´il s´eut servi  des braiments d´un âne pour convertir Balaam. Mais ce qui est certain c´est que quelque part il y a eu quelqu´un qui a mérité cette grâce ; quelqu´un qui a introduit dans le Corps Mystique  un excédent de vie divine  qui est allé se verser  sur cette pauvre âme. Peut-être une pauvrette vieille dame qui accepte courageusement et chrétiennement sa solitude; peut-être un mineur arrache chrétiennement du charbon de l´intérieur de la terre; peut-être une jeune femme qui pleure des amours malheureux; peut-être....

 

DOULEUR HÉROIQUE

Cette vocation de payer pour les autres qui conserve dans l´Église la foi  en l´autre vie et la confiance en le propre dévouement, est très à propos  pour séduire les grandes âmes.

Les vocations à la souffrance sont certainement pour des âmes élues. C´est l´indice d´un plus grand amour à Dieu et cela  représente une invitation à s’élever chaque fois à une plus grande perfection. Cela on ne le comprend pas tous, et beaucoup d´entre nous nous ne profitons pas totalement nos souffrances. Mais les choses sont comme cela…

 

DOULEUR FORMATIVE

Aucune vie n’échappe  à des moments de souffrance. Ça nous oblige à retourner les yeux vers notre intérieur, ça nous rappelle les réalités  de l´autre monde  et en nous détachant des choses qui, comme des liens, nous empêchent de nous approcher à Dieu. Ça nous rappelle l´unique monde réel, qui est le Ciel, et lorsqu´on est jeune et en bonne santé on oublie trop facilement, en restant absorbé par ce monde apparemment si beau.

Si ces vérités ne me pénètrent pas, il sera inutile que je cherche le sens  à ma vie, autant plus ferme et sûr je marcherais dans mon pèlerinage par ce monde.

 

 DOULEUR  LIBÉRATRICE

 Ceux qu’on manque de vertu souffrante pour demander la douleur, on peut l´accepter avec comme un acte de grâce  lorsque l´amoureuse providence  de Dieu  nous l´envoie. Et non seulement les douleurs physiques mais principalement les douleurs morales. Cette contrariété… Merci Dieu ! Cette injustice qui ne touche que moi… Merci Dieu ! Ce mépris lorsque j´espérais une louange…Merci Dieu ! Ce repas fade…Merci Dieu ! Cette douleur de dents….Merci Dieu !

TOUJOURS ET PARTOUT:
MERCI DIEU !

Un article publié dans la Revue ID y EVANGELIZAD.

Guillermo Rovirosa est dans un processus de Béatification.
Plus sur Rovirosa dans
www.guillermorovirosa.com
ou dans solidaridad.net section G. Rovirosa

Guillermo Rovirosa

Imprimir artículo
Suscríbase a nuestro boletín